2 comments

  1. Coucou Céline, merci de me lire 😉
    Le concept est celui que notre pays voudrait appliquer : à savoir un monde dans lequel tout danger serait écarté.
    Prévention, encadrement etc.
    Or la vie même est un risque.
    On le voit par exemple avec les vaccins, dont certains étaient nécessaires, mais d’autres n’ont qu’un vague intérêt (surtout commercial).
    Notre système immunitaire ne pouvant se développer et se renforcer qu’à force de confrontations…
    Il en est de même pour l’individu : celui*ci ne peut se renforcer qu’en se confrontant aux risques inhérents à la vie, car ils sont la vie.

    Or, vouloir à tout prix gommer le risque, ne peut que conduire à la peur du risque, avéré ou imaginé.
    Fabriquant, de fait, des générations de trouillards, aseptisés.

    On lit depuis quelques jours, qu’il y a des entérocoques dans la viande hachée.
    On le sait depuis toujours ; car c’est du justement au fait que la viande est hachée crue. Les bouchers ne peuvent pas le faire à l’avance, à cause de ça. Et les fastfoods l’utilisent congelée à cause de cela aussi.
    Cette pseudo révélation, engendre donc une peur, uniquement due à l’ignorance.
    L’eau du robinet est emplie d’amibes, même désinfectée. Doit-on arrêter de boire ou ajouter encore un désinfectant ?
    Car après quelques années, on nous révélera qu’il fallait mieux les amibes que les désinfectants…
    😉

Leave a Reply