EDF, le bateau coule ?

Durant des décennies, EDF, en situation de monopole, a gaspillé l’argent des clients/contribuables, dans des campagnes publicitaires inutiles, un CE gouffre sans fonds, en oubliant sa vocation première : le service public.

Partiellement privatisée, EDF se retrouve tiraillée entre une gestion privée et un Etat actionnaire incapable de gérer quoi que ce soit.

Malheureusement, du coup, la courbe du chômage, elle, risque bien de rester à flot.
…/…
Parvenir à affaiblir EDF relevait de l’exploit, l’État y est parvenu
Le troisième facteur tient à l’inconséquence voire à la frivolité des décisions de l’État au cours de la dernière décennie comme agent politique, comme régulateur et comme actionnaire.
Quel contraste saisissant entre d’un côté, l’État colbertiste architecte du programme électro-nucléaire, l’État social partenaire du compromis historique avec la CGT, l’État investisseur qui sut trouver les financements nécessaires à l’effort nucléaire dans les années 1945 à 1984, et de l’autre l’État politicien qui décapite Framatome pour plaire aux écologistes, installe Anne Lauvergeon et la laisse mener sa guerre à EDF, décide de fermer Flamanville sans l’avis du régulateur nucléaire, l’État court-termiste qui gèle les prix au mépris de l’avenir, contraint EDF à reprendre Areva, l’État démagogue qui pratique quotidiennement l’injonction contradictoire: copieux dividendes et contrôle des prix d’un côté, «exemplarité sociale» et sureffectifs imposés de l’autre! Parvenir à affaiblir EDF qui disposait du meilleur parc électrique européen relevait de l’exploit, l’État y est parvenu.
…/…

 

Mais qu’arrive-t-il à EDF? | Slate.fr

L’opérateur historique est victime de choix stratégiques contestables, mais aussi de la politique énergétique européenne et de mauvaises décisions de l’État.

Source: www.slate.fr/story/114197/edf-crise

 

Leave a Reply