Ne vous trompez pas de cible !

Je suis toujours consterné de lire des critiques sur des artistes (des vrais) qui touchent le l’argent et parfois beaucoup, comme en ce moment Goldmann par exemple.

Lui ne touche que de l’argent privé relatif à sa popularité : plus on achète LIBREMENT le fruit de son talent et plus il touche. Certes les montants sont énormes, mais encore une fois, c’est du privé.

Par contre, le cinéma français subventionné, via des copinages (ministre de la culture plus que douteuse), France télévision, ou France radio etc, qui gaspille l’argent de la redevance ET de nos impôts pour des résultats minables, même pas distrayants et encore moins éducatifs.

Par exemple, j’entendais qu’une équipe de tournage sur TF1 (privé) = 1 caméraman/preneur de son + 1 journaliste ; sur France télévision, on peut multiplier par 2 ou 3 le nombre de personnes.

Le football, dont on nous promet des retombées extraordinaires, mais dont nos impôts ont financé les nouvelles arènes pour amuser une plèbe inculte et « incérébrée ».

Tous ces acteurs, payés avec des subventions françaises (Dany Boon et consort…) qui partent vivre à l’étranger après avoir contribué à l’abaissement culturel et spirituel de la France (qui les entretient grassement), pour mieux la critiquer ensuite et justifier ainsi leur expatriation.

Alors oui tout ce gaspillage public du fruit de notre labeur privé me choque.

N’oublions pas non plus tous les emplois (toujours privés) qui dépendent de ces artistes.
Un Goldmann ou un artiste honnête et talentueux, nous (r)apportera toujours bien plus qu’un politique ou un technocrate corrompu et incapable, ou un acteur qui n’a pour seul talent que l’appartenance à un clan et la cooptation !

Nous vous trompez donc pas de cible !

Il y a ceux qui font honnêtement leur travail, qui la plupart de temps sont payés librement par un public qui l’apprécie,
et tous les autres, parasites, entretenus, malgré nous, par le fruit de notre labeur, et pour cause :
si on nous donnait le choix, ils feraient la manche car sans talent.

Malheureusement, à force de nous les imposer, ils contribuent non pas à l’enrichissement de nos âmes, mais à leur propre enrichissement à nos dépends. Ils contribuent au nivellement par le bas, que l’on reproche à tout système totalitaire, ouvert ou déguisé (communisme, capitalisme etc.).

Ne vous trompez pas de cible !

Que vous le vouliez ou non, nous avons tous une part de responsabilité.

Car en choisissant l’apparent confort de la paresse, tel le chien de la fable, nous y perdons bien plus que de l’argent, nous y perdons notre âme.

La Liberté a un coût : la Responsabilité.

Que nous prenions ou pas, dès l’origine cette responsabilité, nous devrons tôt ou tard rendre des comptes, à nous mêmes, et l’assumer.

(Eric Iankovsky)

Leave a Reply