Beurk !

La merde a de l’avenir… (Céline)

Plus l’homme est censé évoluer, s’élever spirituellement, et plus il régresse.

Une éducation défaillante par des éducateurs auto-proclamés (parents…), pire diplômés (profs…),
dans une société décadente et incapable de tirer les enseignements de ses propres erreurs.

Et pour cause, le déni s’est emparé du monde !

Plus ce monde rétréci et plus les causes qui valent la peine qu’on s’y intéresse, s’éloignent.
La guerre est à notre porte, mais la navrante lucarne nous donne l’illusion de l’éloignement.

Plus les moyens de transports se démocratisent et plus ils nous donnent la possibilité de survoler la misère, invisible depuis le hublot.

Donc oui, « la misère semble moins pénible au soleil » (Aznavour).
En volant au dessus de cette brume qui estompe les paysages et les rend si beaux.

Comme ces maîtres de chiens roulant des pelles à qui mieux mieux à leur gentille petite bête, en « oubliant » qu’elle vient de se lécher le cul juste avant !

Beurk ! Beurk ! Beurk!

Non pas la langue du chien, qui a au moins le mérite d’être naturelle, mais toute cette merde engendrée par l’humain, dégénéré ?

Consanguin, puisque se reproduisant « entre-soi », revendiquant des origines, avec une violence inversement proportionnelle à la vérité.

Alors pourquoi s’emmerder à créer ?

Eric Iankovsky

«Bientôt, on fera une exposition Delacroix avec des posters… C’est hallucinant!» | Slate.fr

Deux expositions récentes qui contenaient beaucoup de reproductions d’œuvres ont interpellé des visiteurs: ils craignent que cette pratique ne s’amplifie, creusant le fossé entre musées pauvres et musées riches, capables de faire venir de «vraies» œuvres.

Voir la Source : www.slate.fr/story/123799/tableaux-photocopies

Leave a Reply