Rencontre

Notez cet article

 

Soirée ordinaire en discothèque enfumée
Soir particulier qu’on n’avait pas deviné

Rythmes démesurés d’une sono d’enfer
Silence des regards scrutant cet univers

Je croisais le tien,
Ta jeunesse te donne l’innocence
Tu croisais le mien,
Du prédateur je tiens l’expérience

Intimidé, réservé tu feins de m’ignorer
Expansif, exagéré j’envie de t’explorer

Ta peau brune et dorée obsédant jusqu’au brame
La pâleur de mon teint pourrait être mon drame

Quand enfin nous troquons un salut plus qu’étrange
De nos prénoms aussi, nous acceptons l’échange

Tous seuls au monde plus rien n’existe que nous deux
Et que la foule a beau faire plus rien n’y peut

 

Eric iankovsky (1999)

Leave a Reply