Les beaux jours de l’esclavage

Avec les lois « macrotte », qui fragilisent les droits des travailleurs, la culpabilisation des chômeurs, l’appauvrissement des retraités culpabilisés aussi de gagner trop sans travailler, surtout s’ils sont en maison de retraite ; ceci et l’encouragement à devenir micro entrepreneur ou autre forme d’entrepreneuriat, engendre progressivement une mise en concurrence des travailleurs, et un nivellement par le bas.
Conformément à ce qu’a prévu l’europe oligarchique, en abaissant les pays aux systèmes sociaux les plus développés, vers le niveau des plus bas.
Creusant ainsi peu à peu, mais de plus en plus, l’écart entre les plus pauvres et les plus riches.

Depuis plusieurs décennies, tout a été prévu pour éviter la rébellion : dilution du langage, encouragement à l’autocensure, annihilation de la curiosité ; on ramolli le peuple qui aboie sur des réseaux dits sociaux, pendant que la caravane d’un progrès artificiel, et à son détriment, lui passe sur le corps.

La comparaison continuelle avec les voisins les moins dotés, encourage à se contenter du médiocre. La pseudo culture de la télé-réalité, qui n’a de réel que les profits qu’elle engendre, abrutit encore plus le peuple, descendu au niveau d’une populace inconsistante, qui n’a plus d’énergie pour s’émouvoir, que le temps que cela prend au journal télévisé, pour ameuter une foule de voyeurs dans le but de leur vendre l’avenir de la merde, comme il l’a été prophétisé.

L’esclavage nouveau est arrivé ; et il n’a même pas le mauvais goût du beaujolais nouveau !

Procès pour esclavage domestique: «En France, on a toujours tendance à minimiser les faits!»

Procès pour esclavage domestique: «En France, on a toujours tendance à minimiser les faits!»

Une quinquagénaire était jugée ce lundi à Nanterre pour avoir exploité une adolescente de 13 ans entre 2000 et 2005. Elle ne s’est pas présentée à l’audience…

Source: www.20minutes.fr/societe/2206851-20180122-proces-esclavage-domestique-france-toujours-tendance-minimiser-faits

Laisser un commentaire