Indecision, peur irraisonnee de l’homme.

Notez cet article

 

Que comprendre par « une idylle sans précédents… »
au milieu d’autres écrits éparpillés par ci, par là ?
—-
Petit poucet je t’ai croisé
Et sur la toile tu as semé
Des cailloux blancs ou noir de jais
Les ai suivis de mon plein gré
Vers quel chemin vont me mener ?
Cœur asséché ou bras serrés ?
E. Iankovsky (2014)

——-

« Au commencement l’homme était double ; 2 têtes, 4 bras, 4 jambes.
Un jour il s’est scindé en 2 parties et, depuis recherche la partie qui lui manque » (Platon… euh je crois)

L’indécision, peur irraisonnée de l’homme.
Ambivalence des sentiments, ambiguïté des choix/non choix.
Observez autour de vous. partout les hésitations, des expressions indéchiffrables, indécodables.
Les mots vidés de leur sens, au prétexte d’évolution du langage, mais oubliant que le mots est le véhicule de l’idée, véhicule de l’expression de l’âme.
Homme chien pour l’homme chat, qui ne sait plus si remuer la queue (désolé) est un signe de joie ou d’agressivité.
Ainsi naissent des incompréhensions criminelles, probablement involontaires dans la majorités des cas.
Et si « la Terre Promise », l’autre moitié de nous, n’était autre que nous ? Cette part inconnue, incomprise, que nous pouvons, parfois, apercevoir chez l’autre.
L’Autre nous-même, contre-image que nous prenons pour un miroir.
Autre qui nous révèle ce que nous voudrions voir ou ne pas voir de nous.

 

Leave a Reply